Du 8 mai au 30 juin, Géopolis et les Halles-Saint Géry mettent à l’honneur le travail de dix femmes photojournalistes. Leurs travaux évoquent de nombreuses thématiques allant des conflits récents aux flux de réfugiés en passant également par de grands enjeux environnementaux.

Dans cette série d’entretiens, les femmes photographes reviennent sur leur travail, leur expérience de photojournaliste et de la place des femmes dans ce métier si singulier.

Dans la cinquième interview de cette série, la photographe néerlandaise Ilvy Njiokiktjien revient sur son documentaire “Born Free”, qui s’attarde sur la première génération de Sud-Africains nés après l’apartheid. Ilvy Njiokiktjien est retournée plusieurs fois en Afrique du Sud pour y photographier des jeunes issus de différents horizons. Que pensent-ils de l’avenir de leur pays ? Se sentent-ils vraiment “plus libres” par rapport aux générations précédentes ?

Vous pouvez lire l’interview complète ici. 

From 8 May to 30 June, Géopolis Brussels and the Halles-Saint Géry are highlighting the work of ten female photojournalists. Their work reveals an intriguing image of recent conflicts, refugee flows and the impact of climate change. In this series of interviews, they talk about their work, their experience as a photojournalist and the role of women in photojournalism.

In the fifth interview of this series, the Dutch photographer Ilvy Njiokiktjien speaks about her documentary “Born Free”, about the first generation of youngsters in South-Afrika that was born after the apartheid. Njiokiktjien returned several times to South-Africa to portray different groups of youngsters. How do they feel about the future of their country? Do they really have more opportunities compared to previous generations?

You can read the entire interview here.